Accueil du site > Littérature > Nous avons lu "Le rêve américain de Champlain" de Christian Morrissonneau

Nous avons lu "Le rêve américain de Champlain" de Christian Morrissonneau

vendredi 21 mai 2010

JPEG - 24.4 ko

Paru fin 2009, le livre de Christian Morrissonneau nous révèle la figure historique de Samuel de Champlain derrière certaines facettes peu connues de sa vie. Champlain le soldat saintongeois, l’exilé français en Espagne, l’artiste peintre que Morrissonneau prend soin d’authentifier au travers d’illustrations que Champlain dessinait pour mettre en scène son nouvel environnement canadien. Le lecteur pourra également s’intéresser à la foi de Champlain dans une France alors ravagée par les guerres de religion qui forcèrent des milliers de protestants de La Rochelle à s’établir dans le Nouveau Monde. L’énigme de l’appartenance confessionnelle de Champlain reste d’ailleurs jusqu’à ce jour, irrésolue.

Le rêve américain de Champlain est complété par un sous-titre : “le chemin de la Chine, une société nouvelle et une nation métisse”. En effet, Champlain n’a jamais renoncé à la découverte d’un passage conduisant à la Chine d’où le caractère parfois provisoire de l’établissement en Nouvelle-France : “Voilà la contradiction du bilan de ces quinze années : découvrir, aller plus loin, s’aventurer, mais aussi fonder, s’adapter et édifier.” La permanence, elle, se retrouve dans les rencontres et les échanges avec les différentes cultures amérindiennes qui participent, selon Champlain, à l’édification d’une nouvelle société : “quand cette grande maison sera faite, alors nos garcons se marieront à vos filles et nous ne serons plus qu’un peuple.”

Si tout a déjà été écrit sur Champlain, à la fois mythe et héros de l’histoire canadienne, Morrissonneau nous en raconte ses traits saillants dans un style romanesque. Il fait aussi la lumière sur d’autres personnages d’époque tels que l’administrateur Pierre Dugua de Monts, le négociant Francois Dupont-Gravé, l’historien Marc Lescarbot avec qui Champelain entretenait une rivalité (Lescarbot lui reprochait son manque d’érudition) ou Etienne Brûlé, fils spirituel de Champlain. Morrissonneau réussit ainsi le pari d’une narration dynamique (elle se lit comme un roman) au service d’un thème plutôt réputé traditionnel qui ravira aussi bien le novice que l’expert confirmé de l’Amérique francophone.

Adeline Vasquez

Christian Morrissonneau, Le rêve américain de Champlain, éditions Hurtubise, 2009

© Association Frontenac-Amériques. | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0